La structure du texte :
Il s’agit là de l’enchaînement des idées et des paragraphes, de leur ordre. Si vous commencez par dire ce qu’il y a de moins intéressant dans votre programme, voire si vous commencez par parler de vous, il y a peu de chances pour que vous captiviez votre lecteur/auditeur. Pensez à optimiser l’ordre des idées et des paragraphes dont nous avons parlé dans les messages précédents.

L'aspect personnel :
Votre texte doit s'adresser à un individu, pas à un numéro. Plus votre document aura l’air d’un tract imprimé, et moins il sera efficace — même si ça reste toujours un document destiné au « boîtage ». L’idéal est que votre texte ressemble le plus possible à la lettre d’un ami, ou au moins d’une connaissance. A l'opposé, un style froid et administratif est à proscrire. La personnalisation doit donc être soignée, avec si possible le rappel en introduction d’un événement personnel commun au candidat et à son prospect. Mettez de la chaleur dans vos textes.

Les relances d’attention :
Dans un texte comme dans un discours, chaque nouveau paragraphe est un challenge. Une véritable aventure, un défi où tout se joue. Chaque paragraphe doit débuter par sa propre accroche, quelque chose qui incite le lecteur à continuer sa lecture, ou l’auditeur son écoute. Dans un monde où « trop d’information tue l’information », il est difficile de persuader un individu de vous offrir son attention plus de quelques instants. Si l’intérêt se relâche, si la tension baisse, s’il se sent peu concerné, le lecteur/auditeur "zappe" immédiatement. Il n’a pas le temps de lire des choses sans intérêt pour lui.