La presse chinoise accuse la presse française d’intox et de désinformation. Mesure de rétorsion ? Excédés par l’ambiance lors du passage de la flamme olympique à Paris, des centaines de chinois (certains parlent de milliers) ont manifesté en fin de semaine devant des magasins Carrefour implantés en Chine pour appeler au boycott de leurs produits, aux cris de « France, tais-toi, le Tibet appartient à la Chine. »

J’ai entendu récemment une thèse tout à fait intéressante, mais que je n’ai pas les moyens de cautionner : les chinois, habitués depuis plusieurs générations à abandonner leur liberté individuelle au profit de l’intérêt collectif, n’auraient pas du tout la même conception des droits de l’homme qu’un occidental, et auraient de ce fait du mal à comprendre notre point de vue sur le Tibet.