Karl_RoveInterrogé la semaine dernière sur les chances de succès de Barack Obama face au sénateur McCain, Karl Rove pense que Obama peut avoir un plancher très bas, mais aussi un plafond très haut. A lui seul, il a levé trois fois plus de fonds que McCain. Mais Obama est le représentant des élites et de l’esprit (il sort de Harvard), et cela peut l’handicaper face à McCain, plus populiste. Pour Karl Rove, l'un des meilleurs consultants en marketing politique des Etats-Unis, Obama serait « trop fin, trop racé », trop poli, trop éduqué, pas assez proche des électeurs. Obama serait plus un outsider que le favori des électeurs.