Express_antiSarko19au250309 Dopée un court instant pas le G20, la popularité de Nicolas Sarkozy retombe encore. Elle a perdu encore 6 points voici quelques jours dans le dernier sondage IFOP poir Paris-Match concernant les personnalités politiques préférées des Français. Curieusement, le champion incontesté, avec 74 % d’opinions favorables, est… Jacques Chirac. Les commentateurs expliquent ce succès par une petite crise de nostalgie des Français envers une époque où tout n’allait pas si mal que ça , en tout cas mieux qu’avec le Sarkozysme. Nicolas Sarkozy arrive très loin derrière, en 33e position, avec environ 41 % d’opinions favorables. Les deuxième et troisième du classement sont Rama Yade et Bernard Kouchner, tous deux avec 69 % – la première en légère baisse de 2%, et le second en légère hausse de 2%. Deux personnes du gouvernement qui passent pour avoir des problèmes avec le président. Ceci expliquerait-il cela ?

Il est significatif qu’il y a un mois de cela, au cours de la même semaine, deux hebdos (L'Express et Marianne) aient consacré leur une au même sujet : le désamour des Français pour leur président. Chacun consacre un dossier aux raisons, nombreuses, de cette rupture : trop bling-bling, pas assez à l’écoute, incapable de résoudre la crise, trop axé sur le bonheur des riches et pas assez sur celui des pauvres, etc. Marianne_AntiSa_o21au270309En fait, ce qui est analysé là, ce n’est pas tant une réalité qu’une apparence, une image perçue. Et ça, c’est le domaine du marketing politique. Moins que l’échec du sarkozysme, c’est l’échec du marketing politique de Nicolas Sarkozy que sanctionnent les Français : l’échec du prince et de ses conseillers à véhiculer une image acceptable par les citoyens.