Il y a quelques mois, j'avais l'occasion de publier sur ce blog une brève analyse de l'affaire de la bague de Rachida Dati. Il semble que Rachida Dati soit tombée dans tous les pièges classiques des débutants en matière en contrôle de l’image. La France entière l’a vue cette semaine parler de l’Europe, ce qui lui a même valu la « une » de certains journaux (Libération d'hier, cf. article et vidéo plus bas sur ce blog). 02040758_photo_la_une_de_liberation_du_24_avril_2009 En fait, ce n’était pas la première fois qu’elle « se prenait les pieds dans le tapis ». Parmi les fautes classiques qu’elle a commises, en voici deux :
1. se croire à l’abri des regards (cf. vidéo « Dati chaude », où on la voit en compagnie de Bernard Laporte) ;
2. croire les micros débranchés avant ou après une interview télévisée, alors qu’on est encore sur le plateau (cf. vidéo « Exclusif : Rachida Dati parle avec une copine, le micro enregistre).
Il lui reste encore quelques autres erreurs traditionnelles à commettre : répondre au téléphone à une fausse personnalité politique – en fait un vrai journaliste –, etc.

Parmi les erreurs de communication qu’elle a commises, figure aussi le démenti sans preuve, administré par son ministère suite à la diffusion sur le net de la vidéo où on la voit à une garden party avec Laporte (cf. infra). Ces démentis n’ont aucune crédibilité, et ne font que renforcer la rumeur en alimentant les conversations, en réactualisant la rumeur, et en la propageant aux oreilles de ceux qui n’étaient au courant de rien.

Les hommes politiques, les militants et les étudiants que j’ai formés reconnaîtront en souriant ces erreurs typiques, et se diront : tiens, ça, on l’avait vu en séminaire. Quand à moi, j’ai la chance cette année d’avoir des vidéos sympas pour illustrer mes cours et les formations que je donne.
Voici donc ci-dessous toute une série de vidéos de Rachida Dati illustrant ce qu’il ne faut pas faire en communication.